History and architecture in Turin : a vast and magnificent heritage that will please to history enthusiasts !

DSC_0060Hi everyone !

Today we come back to our series dedicated to the discovery of the city of Turin, and this article will concern the main historical monuments of the city center. Without claming to be exhaustive (far from it!), I would like to summarize some elements that were transmitted to us, mainly by Ardena who was our guide.

I would not return on the Quadrilatero Romano, the first historic district of the city, which we have already mentioned in our first article, and the places we have already talked about to avoid repeating myself. Our article will focus instead on late medieval, modern and contemporary history of Turin.

A small historical point before. After the fall of the Roman Empire, the city passed Under several dominations, whose dynasty of Ivrea in the 10th century and then in 1050, by the union of Adelaide of Susa and Otto I, Count of Savoy, in the heritage of the Counts of Savoy. You can see the statue of one of the counts of Savoy in the City Hall square : Amadeus VI, the « Green Count », who led an expedition to free his cousin John V Palaeologus in 1366, sometimes considered as a crusade.

DSC_0157
Amadeus VI, the « Green Count ».

But Piedmont was not fully annexed by Savoy until 1419. The city actually grew in importance from 1563, when it became the capital of the state of Savoy under the Duke Emmanuel Philibert and his wife Marguerite de Valois, daughter of the King François I of France, instead of Chambery. The government decided to develop and expand the city (the resemblance to some French cities particularly surprised us, for an Italian city). At his death in 1580 he was buried in the Saint-John Cathedral, dating from the late fifteenth century and adjacent to the Chapel of the Holy Shroud (modified between 1668 and 1694 by Guarino Guarini). Unfortunately you can not visit the chapel, which experienced a fire in 1997 and has been in works. However the cathedral itself is beautiful.

When he moved the capital of Savoy in Turin, Emmanuel Philibert moved into the palace of the archbishops of Turin, which gradually turned into the ducal palace, and « royal » from the seventeenth century by the wife of the dead Duke Victor Amadeus I, Duke of Savoy, the one we nicknamed « Madame Royale » Christine of France, daughter of the King Henry IV of France. It experienced other changes over the following centuries. Moreover, this is in front of the palace that has been exhibited during religious ceremonies the Holy Shroud. The palace is located in Piazza Castello and you can visit it every day, except Monday. On the same square, you can discover the Palazzo Madama, a mixture of different architectural styles and different eras. Based on the ancient Roman wall, a medieval fortress was built in the 14th century. In the 17th century Christine of France chose it as a personal residence, hence the name of Palazzo Madama, and made cover the court and some changes inside the castle. In the following century, a Baroque façade is executed by Filippo Juvarra between 1718 and 1721.

Leaving the Palazzo Madama, just in front of it and slightly to the right, you will also find a church to which I had a crush : the San Lorenzo Church. The decision of its construction on an older church was because of the battle of St. Quentin of 10 August 1557, won by the Spanish and the Turin on the day of Saint Lawrence. However, it was built during the following century. Not very visible from the outside, it has a baroque heart achieved largely by Guarino Guarini.
Leaving the Piazza Castello and directing you to the left, you can go on the « Via Po, » a long covered street with arcades on a whole side, including the intersection of two streets. Ardenna told us that it is also called the promenade of the king and thus uninterrupted to the Po river, to be protected from rain. Indeed, in the early 18th century, the Dukes of Savoy became the Piedmont-Sardinia kings after the acquisition of Sardinia in 1720, and Turin became the capital. You will find near the former premises of the University of Turin, dating mainly from the seventeenth and eighteenth centuries, due primarily to architects Michelangelo Garove and Filippo Juvarra.
After the brief French occupation from 1802 to 1814, the city became even more important and was seen as an imposing capital. Turin launched and actively participated in the process of unification of Italy, also known as the Risorgimento, under the reign of Victor Emmanuel II, who was advised and assisted in this endeavor by his minister Camillo Benso di Cavour and the General Giuseppe Garibaldi. Victor Emmanuel became the first king of Italy in 1861 and Turin the first capital of the kingdom. Then Turin was abandoned in 1865 for  Florence and then Rome in 1870. However, these men are still considered as the « fathers of the Fatherland » Italian. A museum is now dedicated to this period, the National Museum of the Risorgimento, located in the former palace Carignan, between the squares Carignano and Carlo Alberto. Built in the seventeenth century for the princes of Carignan affiliated with the House of Savoy, is the birthplace of the first king of Italy, Victor Emmanuel II in 1820. It served as parliament for the kingdom of Piedmont-Sardinia, and was appointed to receive the parliament of Italy, but it was never used. It is said that when he had lunch, Cavour used to go to the restaurant del Cambio in front of the palace and so could keep an eye on business by communication with lights and mirrors.
Leaving the Piazza Carignano and directing you to the Piazza San Carlo, which we have already mentioned, you will find the Egyptology Museum of Turin, founded in 1824 in the old College of Nobles. This is the second largest Egyptian Museum in number of objects after Cairo.
musée égyptien turin
The Egyptian Museum.
In the late 19th and early 20th century, Turin continued its growth with many industries, including automotive with Fiat, aperitifs and cinema. The city has also a wonderful collection at the National Museum of Cinema, under the Mole Antonelliana which at the beginning of its construction in 1863, had to be a synagogue. It is now considered by foreigners as THE symbol of Turin, which is not the case for its people who are attached to the Bronze Horseman of the Piazza San Carlo we talked about in our article on cafes and  historical shops. You can discover the origin and evolution to the present day cinema and themed rooms, and the famous Colossus used in the movie Cabiria in 1914. The center also experienced some changes in the Fascist period, in the years 1930-1940. Leaving the Piazza San Carlo to reach Porta Nuova, you may notice large gray arches and all along the Via Roma. These are typical arches of « littorio » style. During World War II, the city suffered numerous bombings because of its industrial production. Although traces are still visible today, she was able to quickly rebuild and recover its growth through its industrial activities.
This concludes our article. Of course, our summary is a small part of its heritage and its history, I invite you if you go there one day to visit parks and other royal residences located more peripherally. I wish you a nice day and see you soon!

Bonjour à tous !

Aujourd’hui nous reprenons la suite de notre série consacrée à la découverte de la ville de Turin, et notre article va concerner les principaux monuments historiques du centre ville. Sans prétendre faire un cours exhaustif (très loin de là !), je voudrais faire un résumé de quelques éléments qui nous ont été restitués, principalement par Ardena qui a été notre guide.

Je ne reviendrais pas tellement sur le quadrilatero romano, le premier quartier historiques de la ville, que nous avions déjà évoqué dans notre premier article, mais aussi les autres places dont nous avons déjà parlé afin d’éviter de me répéter. Notre article se concentrera plutôt sur la fin de l’époque médiévale, l’histoire moderne et contemporaine de Turin.

Un petit point historique avant de parler des monuments. Après la chute de l’Empire Romain, la ville passa sous diverses dominations, dont  la dynastie d’Ivrée entre le Xe siècle et 1050 puis, par mariage d’Adélaïde de Suse et d’Othon Ier de Savoie, dans le patrimoine des comtes de Savoie. Vous pouvez voir la statue de l’un des comtes de Savoie sur la place de l’hôtel de ville : Amédée VI, le « comte vert », qui dirigea une expédition pour libérer son cousin Jean V Paléologue, en 1366, parfois considérée comme une croisade.

Mais le Piémont ne fut pleinement annexé par la Savoie qu’en 1419. La ville gagna véritablement en importance à partir de 1563, lorsqu’elle devint la capitale de l’Etat de Savoie sous le duc Emmanuel-Philibert et sa femme Marguerite de Valois, fille du roi de France François Ier, à la place de Chambéry. Le gouvernement décida alors de développer et d’agrandir la ville (la ressemblance avec certaines villes françaises nous a particulièrement surprise, pour une ville italienne). A sa mort en 1580 il fût inhumé dans la cathédrale Saint-Jean, datant elle-même de la fin du XVe siècle et adjacente à la chapelle du Saint Suaire (modifiée en entre 1668 et 1694 par Guarino Guarini). Vous ne pourrez malheureusement pas visiter la chapelle, qui a connue un incendie  en 1997 et est depuis en travaux. En revanche la cathédrale en elle-même est très belle.

Lorsqu’il a déplacé la capitale de la Savoie à Turin, Emmanuel-Philibert s’est installé dans le palais des archevêques de Turin, qui se transforma progressivement en palais ducal, puis « royal » à partir du XVIIe siècle par la femme du défunt duc Victor-Amédée Ier de Savoie, celle que l’on surnomme « Madame Royale », Christine de France, fille du roi de France Henri IV. Il connu d’autres modifications au cours des siècles suivant. Par ailleurs, c’est devant le palais qu’était exhibé lors des cérémonies religieuses le Saint Suaire. La Palais se situe aujourd’hui sur la Piazza Castello et vous pouvez le visiter tous les jours, à l’exception du lundi. Sur cette même place, vous pouvez découvrir le Palazzo Madama, un mélange de différents styles architecturaux et différentes époques. En s’appuyant sur l’ancien mur romain, une forteresse médiévale fut construite au XIVe siècle. Au XVIIe siècle, Christine de France le choisit comme résidence personnelle, d’où son nom de Palazzo Madama, et fait couvrir la cour et modifier l’intérieur du château. Au siècle suivant, une façade baroque est exécutée par Filippo Juvarra entre 1718 et 1721.

En Sortant du Palazzo Madama, juste en face et légèrement sur la droite, vous pourrez également découvrir une église pour laquelle j’ai eu un coup de cœur : l’église San Lorenzo. La décision de sa construction sur une église plus ancienne est du à la bataille de Saint-Quentin du 10 août 1557, gagnée par les espagnols et les turinois le jour de la Saint Laurent. Elle fut cependant construite au cours du siècle suivant. Peu visible de l’extérieur, elle abrite un cœur baroque réalisé en grande partie par Guarino Guarini.

En quittant la Piazza Castello et en vous dirigeant vers la gauche, vous pourrez emprunter la « Via Po », une longue rue recouverte par les arcades sur tout un côté, y compris au croisement de deux rues. Ardena nous a expliquait qu’elle s’appelle aussi la promenade du roi et est ainsi ininterrompu jusqu’au fleuve Pô, pour qu’il soit protégé de la pluie. En effet, Au début du XVIIIe siècle, les ducs de Savoie deviennent les rois de Piémont-Sardaigne après l’acquisition de la Sardaigne en 1720, et Turin en devient la Capitale. Vous y trouverez à proximité les anciens locaux de l’université de Turin, datant principalement du XVIIe et du XVIIIe siècles, et dû principalement aux architectes Michelangelo Garove puis Filippo Juvarra.

Après la brève occupation française de 1802 à 1814, la ville gagna encore en importance et fût perçue comme une capitale imposante. Turin lança et participa très activement au processus d’unification de l’Italie, appelé aussi Risorgimento, sous la règne de Victor-Emmanuel II, qui fût conseillé et aidé dans cette entreprise notamment par son ministre Camillo Benso di Cavour et le général Giuseppe Garibaldi. Victor-Emmanuel devint le premier roi d’Italie en 1861, et Turin la première capitale du royaume. Puis Turin fût délaissé pour Florence en 1865, puis Rome en 1870. Cependant, ces hommes sont aujourd’hui encore considérés comme les « pères de la patrie » italienne. Un musée est aujourd’hui dédiée à cette période, le musée nationale du Risorgimento situé dans l’ancien palais Carignan, entre les places Carignano et Carlo Alberto. Construit au XVIIe siècle pour les princes de Carignan affiliés à la maison de Savoie, c’est ici que naquit le premier roi d’Italie, Victor-Emmanuel II en 1820. Il servit de parlement au royaume de Piémont-Sardaigne, puis fut désigné pour accueillir le parlement d’Italie, mais il ne servit jamais. On raconte que lorsqu’il déjeunait, Cavour avait l’habitude d’aller au restaurant del Cambio situé devant le palais et pouvait ainsi garder un œil aux affaires par communication avec des lumières et miroirs.

En quittant la place Carignano et en vous dirigeant vers la Piazza San Carlo, que nous avions déjà évoqué, vous trouverez le Musée Egyptologique de Turin, fondé en 1824 dans l’ancien collège des nobles. Il s’agit du 2e plus grand musée égyptien en nombre d’objets après celui du Caire.

A la fin du XIXe et au début du XXe siècle, Turin continua sa croissance grâce à de nombreuses industries, dont l’automobile avec Fiat, les apéritifs et le cinéma. La ville possède par ailleurs une collection magnifique au Musée National du Cinéma, sous la Mole Antonelliana qui, au début de sa construction en 1863, devait être une synagogue. Elle est aujourd’hui considérée par les étrangers comme LE symbole de Turin, ce qui n’est pas le cas pour ses habitants qui sont attachés au cavalier de bronze de la piazza San Carlo dont nous avions parlé dans notre article sur les cafés et boutiques historiques.  Vous pourrez y découvrir l’origine et l’évolution jusqu’à nos jours du cinéma, ainsi que des salles à thème, et le fameux colosse utilisé dans le film Cabiria en 1914. Le centre ville connu également quelques modifications sous la période fasciste, dans les années 1930-1940. En quittant la Piazza San Carlo pour rejoindre la Porta Nuova, vous pourrez remarquer de grandes arches grises et très carrées tout le long de la via Roma. Ce sont des arches typiques du style « littorio ». Durant la Seconde Guerre mondiale, la ville subit de nombreux bombardements en raison de sa production industrielle. Bien que des traces soient encore visibles aujourd’hui, elle put se reconstruire rapidement et récupérer sa croissance grâce à ses activités industrielles.

Ainsi s’achève notre article. Bien sûr, il ne s’agit que d’une petite partie de son patrimoine et de son histoire, aussi je vous invite si vous y aller un jour à visiter ses parcs et autres résidences royales situées plus en périphérie. Je vous souhaite une bonne fin de journée et vous dit à bientôt !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s