Meet people : interview of a guide of Turin and its region, Arturo.

DSC_0060Hi everyone!
Today I present you an article quite different. When we were in Turin I had the chance to interview the guides we met during our stay. For the first interview I talk with Arturo, a guide, translator and accompanist of Turin and its region but not only. I wish you interesting reading !
BoostYourTrip : How did you get the desire to exercise as a guide ?
Arturo : I would say by chance, because I started working with tourists simply because I knew foreign languages. I was a student at the time and I needed money. So I started to do tours, and I liked it. And I completely abandoned what I wanted to do originally, namely pharmacist. [He laughed] Nothing to do with what I’m doing today! Later, in addition of foreign languages, I have been interested in the culture of foreign countries. I must say that I truly discovered the tradition, the history of my own country, by working as a guide and it has continued to fascinate me since. Particularly our local history here in Piedmont, which is quite unique from the rest of Italy, at least until unification.
BoostYourTrip : Whith whom do you work in your everyday life?
Arturo : It’s hard to say because everything changes constantly. I have worked the most with the Germans and Swiss. They especially come to discover a culinary tradition because Piedmont is a region known for its wines, chocolates, good food. Generally they stop at Turin, but it is not the main objective. What is interesting for me is to show them that Turin is also fascinating. People often have in mind the image of an industrial city, a sort of large gray factory, which matches, perhaps, to the outskirts of the city, but not the center city. Finally I work little with the Italians because even in Italy the the city is little known. The French, however, pass through the area but often do not stop there: they continue to reach the most famous places. The great French movement we have here generally comes from the regions and cities that are close to Turin geographically or historically as Lyon, Grenoble, etc., and they often come to the markets. Sometimes they also visit other things, taking advantage of the fact that they are there. Cultural tourism really began to Turin there shortly after the 2006 Winter Olympics that helped publicize the city abroad.
BoostYourTrip : According to you, what are the principal skills and qualities that a guide has to master?
Arturo : A guide should know almost everything about the life, history, tradition and culture of the region where he does guided tours. The guide is a kind of « calling card » of the city and / or region and it is even THE contact the tourist has with the city. That is to say, even if the visitor studied what he wants to visit and prepared the trip, the guide represents the opportunity to have direct contact with someone who lives in the city and can give you different information and even give you an idea of the mentality of the city. It’s not only tell the story or explain the art, it is also possible to communicate other aspects of the city, always with the basic idea that the tourist is not there to study: it is not a lesson, the visit should be lively and interesting. We must alternate the important historical data with smaller elements, and other curious stories. We must also consider the fact that every visitor is different, every group is different and they have their own interests and knowledges. All this must be identified as soon as possible to adapt the visit. It’s a question of balance.
BoostYourTrip : Do you have a funny anecdote to tell us?
Arturo : [He laughed] I have many! [He thought] Once I was very surprised during a visit of Turin and the region I was doing for a US group: after a visit during which I talked a lot about the Roman period, foundation of the city, etc., a woman of the group asked me, « But, these Romans, where did you place them? Are they in reserves? « . And then I really understood the cultural differences that exist between our two countries, because she thought we could see the Romans in reserves as well as American Indians in the United States. She didn’t realize the historical evolution of Italy. It’s one of the difficulties of the guide: to think that tourists have a culture different from his own, and that we must adapt. I must admit that I found the scene incredible! But if you think about it, you can understand why.
BoostYourTrip : What do you think about the retentions exercized on the revenue of guides by the operators of tourism overall today?
Arturo : The relationship with the agencies and, in general, with tourism operators, is still quite complex because guide and operator work together, though sometimes their interests diverge. But it is the guide who must adapt to the client’s request because the agency is in any case our client. You have to understand its request and what can be done. We can suggest something, of course, but do not get upset if the idea is not accepted. I have already proposed new things, but I was told that it was not suitable for the Customer. In Piedmont, we are happy when we can offer a visit of the city of Turin because many think it would be wasted. Fortunately, most of the time, during the visits of the city, the tourists are happy because they saw something more interesting than what they expected. I understand why they do not offer this systematic: the royal residences in Turin are not Versailles or Buckingham Palace. So it’s not so simple. For Italian tourism in general, it is different: it can diversify a little more, you can sell something extra. Anyway our relationship is a relation of cooperation. We adapt.
BoostYourTrip : What could be done to improve your everyday life as a guide?
Arturo :There are several things that could be done. Firstly regulate smarter the access to the profession. That is to say  projecting lessons, done differently, make serious examinations because they are not always. Control the exercise of the profession, because the market does not necessarily make the best choice, because the big problem is to sell at low prices, but the low price does not always matches the quality. Several agencies have said they would like to propose a tour with me but my price is too high. The problem is that the Customer does not protest. That does not mean he is necessarily satisfied. But if he does not protest, for the operators most of the time, that means all is well: the program was sold. I understand the economic problem. But this issue also concern the Italian administration. If she wants the heritage presented correctly, then we must take more seriously the problem. If they think it is not necessary, then I will say no more.
BoostYourTrip: What do you think about the concept BoostYourTrip?
Arturo : I find it interesting because in Italy we have centers that have an intermediary function in some way between the guide and the customer, but they work differently. That is to say, we [the guides] are associated with the site, you pay a sort of annual price of association or some sort of commission you pay for each service, sometimes they need to have the availability of guides, and it can become quite complex on Italian sites. Until now it has not worked so well for Turin because these mediation centers are in Rome and Florence, they work very well on the major tourist cities but Turin is still discarded. I worked with one of these groups, but I gave up because we paid something to maintain the site, but nothing happened. Your case seems somewhat different.
Interviewed by Daphnée Michon.
unnamed
Bonjour tout le monde !
Aujourd’hui je vous présente un article un peu différent. Durant notre séjour à Turin j’ai eu la chance d’interviewer les guides que nous avons rencontré. Notre premier interviewé est Arturo, guide, traducteur et accompagnateur de Turin et sa région, mais pas seulement. Je vous souhaite une bonne lecture !

BoostYourTrip : Comment vous est venue l’envie d’exercer comme guide ?

Arturo : Je dirais par hasard, car j’ai commencé à travailler avec les touristes tout simplement parce que je connaissais des langues étrangères. J’étais étudiant à l’époque et j’avais besoin d’argent. Alors j’ai commencé à faire des tours, et cela m’a plu. Et j’ai complètement abandonné ce que je voulais faire à l’origine, à savoir pharmacien. [Il rît] Rien à voir avec ce que je fais aujourd’hui ! Plus tard, en plus des langues étrangères je me suis intéressé à la culture des pays étrangers. Il faut le dire, j’ai véritablement découvert la tradition, l’histoire de mon propre pays en travaillant comme guide et cela n’a cessé de me passionner depuis. Particulièrement notre histoire locale ici en Piémont, qui est assez singulière de celle du reste de l’Italie, du moins jusqu’à l’unification.

BoostYourTrip : Avec qui travaillez-vous au quotidien ?

Arturo : C’est difficile à dire parce que tout change continuellement. Les marchés avec lesquels j’ai le plus travaillé jusqu’à présent sont les marchés allemand et suisse. Ils viennent particulièrement pour découvrir une tradition culinaire, car le Piémont est une région connue pour ses vins, ses chocolats, sa bonne cuisine. En général ils s’arrêtent à Turin, mais elle n’est pas l’objectif principal. Ce qui est intéressant pour moi c’est de leur montrer que Turin aussi est fascinante. On a souvent en tête l’image d’une ville industrielle, d’une sorte de grande usine grise, ce qui correspond, peut-être, aux quartiers périphériques de la ville, mais pas au centre ville. Finalement je travaille peu avec les Italiens car même en Italie la ville est disons peu connue. Les Français, eux, traversent la région mais souvent ne s’y arrêtent pas : ils continuent pour atteindre les localités les plus connues. Les grands mouvements français que nous connaissons ici viennent généralement des régions et villes qui sont proches de Turin géographiquement ou historiquement, comme Lyon, Grenoble, etc., et ils viennent souvent pour les marchés. Parfois ils visitent aussi autre chose, profitant du fait qu’ils soient sur place. Le tourisme culturel a vraiment commencé à Turin il y a peu de temps, après les jeux olympiques d’hiver de 2006 qui ont contribué à faire connaître la ville à l’étranger.

BoostYourTrip : Selon vous, quelles sont les principales qualités et compétences que doit avoir un guide aujourd’hui ?

Arturo : Un guide devrait connaître presque tout ce qui concerne la vie, l’histoire, la tradition, la culture de la région qu’il fait visiter. Le guide est une sorte de « carte de visite » de la ville et/ou la région et c’est même LE contact que le touriste a avec la ville. C’est-à-dire que même si le visiteur a étudié ce qu’il veut visiter et a préparé son voyage, le guide représente la possibilité d’avoir un contact direct avec quelqu’un qui vit dans la ville et peut vous donner une information différente et même vous donnez une idée de la mentalité de la ville. Ce n’est pas seulement raconter l’histoire ou expliquer l’art, c’est aussi permettre de faire connaître d’autres aspects de la ville, toujours avec l’idée fondamentale que le touriste n’est pas là pour étudier : il ne faut pas faire une leçon, la visite doit être vivante et intéressante. Il faut alterner les données historiques importantes avec des éléments moins importants, des récits curieux et autre. Il faut aussi tenir compte du fait que chaque visiteur est différent, chaque groupe est différent et ils ont leurs connaissances et intérêts propres. Il faut cerner tout ceci le plus rapidement possible pour adapter la visite. C’est une question d’équilibre.

BoostYourTrip : Auriez-vous une anecdote  amusante à nous raconter ?

Arturo : [Il rît] J’en ai beaucoup ! [Il réfléchît] Une fois j’ai été très surpris lors d’une visite de Turin et de la région que j’effectuais pour un groupe américain : après une visite durant laquelle j’avais beaucoup parlé de la période romaine, de la fondation de la ville, etc., une dame du groupe m’a demandé « Mais, ces Romains, où les avez-vous placés maintenant ? Ils sont dans des réserves ? ». Et alors j’ai vraiment compris la différence culturelle qui existait entre nos deux pays, car elle pensait que l’on pouvait voir les Romains dans des réserves au même titre que les Indiens d’Amérique aux Etats-Unis.  Elle ne se rendait absolument pas compte de l’évolution historique de l’Italie. C’est une des difficultés du guide : penser que les touristes ont une culture différente de la sienne, et qu’il faut s’y adapter. Je dois avouer que j’ai trouvé la scène incroyable ! Mais si l’on y pense, on peut comprendre pourquoi.

BoostYourTrip : Que pensez-vous des marges retenues sur les revenus des guides actuellement par les entreprises touristiques en général ?

Arturo : Le rapport avec les agences et, en général, avec les opérateurs du tourisme, est toujours assez complexe car guide et opérateur travaillent ensemble, cependant parfois leurs intérêts divergent. Mais c’est le guide qui doit s’adapter à la requête du client parce que l’agence est de toute façon notre client. Il faut comprendre sa requête et ce qu’on peut faire. On peut proposer quelque chose, bien sûr, et il ne faut pas se fâcher si l’idée n’est pas acceptée. J’ai déjà proposé des choses nouvelles, mais l’on m’a dit que cela ne convenait pas à la clientèle. Pour le Piémont, nous sommes déjà contents quand nous pouvons proposer la visite de la ville de Turin car beaucoup pense que ce serait du temps perdu. Heureusement, la majorité du temps, lors des visites de la ville, les touristes que nous avons sont contents car ils ont vu quelque chose de plus intéressant que ce à quoi ils s’attendaient. Je comprends pourquoi ils ne le proposent pas systématiquement : les résidences royales de Turin ne sont pas Versailles ou Buckingham Palace. Alors, ce n’est pas si simple. Pour le tourisme italien en général, c’est différent : on peut diversifier un peu plus, on peut vendre quelque chose en plus. Mais de toute façon notre rapport doit être un rapport de coopération. On s’adapte.

BoostYourTrip : Qu’est ce qui pourrait être fait pour améliorer votre quotidien en tant que guide ?

Arturo : Il y a plusieurs choses que l’on pourrait faire. Tout d’abord réglementer de façon plus intelligente l’accès à la profession. C’est-à-dire projeter des cours, fait de façon différente, faire des examens sérieux, car ils ne le sont pas toujours. Contrôler l’exercice de la profession, car le marché ne fait pas forcément le meilleur choix, car le grand problème est de vendre à bas prix, mais le bas prix ne correspond pas toujours à la bonne qualité. Plusieurs agences m’ont dit qu’elles voudraient proposer un tour avec moi mais que mon prix est trop élevé. Le problème est que le client ne proteste pas. Ce qui ne veut pas dire qu’il est forcément satisfait. Mais s’il ne proteste pas, pour les opérateurs la plupart du temps, ça signifie que tout va bien : le programme a été vendu, point. Je comprends le problème économique. Mais ce problème regarde aussi l’administration italienne. Si elle veut que le patrimoine soit présenté de façon correcte, alors il faut s’occuper plus sérieusement du problème. Si l’on pense que ce n’est pas nécessaire, alors je ne dis plus rien. 

BoostYourTrip : Que pensez-vous du concept BoostYourTrip ?

Arturo : Je le trouve intéressant parce qu’en Italie nous avons des centres qui ont une fonction d’intermédiaire en quelque sorte entre le guide et le client, mais elles travaillent de façon différente. C’est-à-dire, nous [les guides] sommes associés au site, on paie une sorte de prix annuel d’association ou bien on paie une sorte de commission pour chaque service, parfois ils doivent disposer de la disponibilité des guides, et cela peut devenir assez complexe sur les sites italiens. Jusqu’ici ça n’a pas si bien fonctionné que cela pour Turin car ces centres de médiation sont à Rome et à Florence, ils travaillent très bien sur les grandes villes de tourisme mais Turin reste écartée. J’avais coopéré avec l’un de ces groupes mais j’ai abandonné car on payait quelque chose pour maintenir le site, mais rien n’arrivait. Votre cas me semble quelque peu différent.

Propos recueillis par Daphnée Michon.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s